Fonds de dotation
Jean-Pierre Bertrand

Rencontre de l’atelier #2

’’Mise au corps’’ dialogue entre Sandra Barré, Tiphaine Calmettes et l’oeuvre de Jean-Pierre Bertrand
Samedi 27 novembre 2021 à 11h

Profondément intéressée par la dimension corporelle et physique de l’expérience artistique, Sandra Barré a proposé à Tiphaine Calmettes de venir discuter de ces enjeux dans son travail, au regard de la démarche de Jean-Pierre Bertrand.

Jean-Pierre bertrand © DR
Tiphaine Calmettes, Sans titre
© Tiphaine Calmettes

Si les univers des deux artistes peuvent sembler éloignés, de forts points de résonance émergent de leur mise en regard : le rapport à l’espace de l’exposition envisagée comme une œuvre en soi, le caractère organique et évolutif des œuvres, la porosité des mediums ou l’importante considération de l’implication du regardeur·euse.
Une traversée générationnelle en dialogue avec le public. Une manière de faire art… par et pour le corps.

nous contacter par mail : reservation@fonds-jeanpierrebertrand.com¹

¹ Dans la limite des places disponibles

TIPHAINE CALMETTES « Je travaille à habiter et aviver les fictions qui façonnent notre rapport au territoire. À travers la pratique de la sculpture, de l’installation, de l’écrit et de la performance, je cherche une mise en mouvement aussi bien des formes que du texte. Une manière d’envisager le processus de production comme un organisme vivant en relation directe avec les espaces qui l’accueillent, les êtres qui le rencontrent et vice-versa. Je me suis tout d’abord attachée à développer une forme de vie et d’organicité dans mes travaux. Mon intérêt s’est ensuite étendu à l’animation des artefacts aussi bien dans leurs relations aux usages qu’à leur milieu. C’est-à-dire, la manière dont la production d’objets et d’architectures sont animés à la fois par les espèces vivantes ou les énergies qui les habitent, ainsi que par les interactions physiques ou psychiques qu’elles entretiennent avec ce qui les entoure. »

JEAN-PIERRE BERTRAND « La déchirure comme medium, le plexiglas comme medium, l’eau bouillante comme medium, le miel comme medium, le rouge comme medium, le papier comme medium, l’air comme medium, la coagulation comme medium, le toucher comme medium, le jus de citron comme medium, le poids comme medium, le sel comme medium, le souffle comme médium, la déambulation comme medium »

SANDRA BARRÉ « Historienne de l’art, esthéticienne, critique d’art et commissaire d’exposition, je porte mes réflexions sur les non-visualités de l’art moderne et contemporain, sur les sens dits pauvres que sont l’odorat, le goût et le toucher. Par leur emploi émerge notamment une autre expérience de l’œuvre, un rapport direct où tout le corps est convoqué. Loin de la dimension oculocentrée ayant concentrée toute l’écriture de l’histoire de l’art occidentale, je suis persuadée que mobiliser le corps, et donc le valoriser, permettrait de mettre au jour de nouveaux langages, beaucoup plus inclusifs. »
Sandra Barré est l’auteur d’un essai L’odeur de l’art, un panorama de l’art olfactif paru aux éditions de la Lettre Volée.



Yellow green aplat

© DR

Mentions légales | Recevoir nos informations