Fonds de dotation
Jean-Pierre Bertrand

Rencontres de l’atelier

« I sat in my chair »
exposition virtuelle de Jean-Pierre Bertrand par Jean-Baptiste Lenglet, conversation avec Maud Maffei

Rencontre #11 À LIRE, À VOIR ET À ÉCOUTER

Jean-Pierre Bertrand, La totalité des citrons, 1976-2004, Musée Picasso Antibes (vue partielle), 2004,  © Jean-Pierre Bertrand - ADAGP / Photo : Claude Germain, 2004
  • Jean-Pierre Bertrand
  • La totalité des citrons, 1976-2004, Musée Picasso Antibes (vue partielle), 2004,

Jean-Baptiste Lenglet présente une exposition virtuelle inédite selon un parcours déambulatoire qui nous fait pénétrer à l’intérieur de neuf œuvres de Jean-Pierre Bertrand, reconstituées à partir d’archives, vues d’expositions, livres, photocopies, plans, etc.

Introduction par Maud Maffei et Jean-Baptiste Lenglet

Lire l’article…

Rencontres de l’atelier

Topographie des archives, promenade avec Michel Claura par Sara Martinetti et Hélène Gheysens

Rencontre #10 - À LIRE ET À ÉCOUTER

Jean-Pierre Bertrand, Michel Claura, place Vendôme,  © DR
  • Jean-Pierre Bertrand
  • Michel Claura, place Vendôme,

« En 2014, dans le contexte de ma recherche sur les pratiques d’écriture dans l’art des années 1960-1970, je contacte Michel Claura, un critique d’art et organisateur d’exposition actif à Paris entre 1967 et 1984. Je le convaincs d’entamer une recherche en collaboration sur la base de sa mémoire et de ses archives inédites » - Sara Martinetti

Lire l’article…

Rencontres de l’atelier

Les Immatérieux 1985 par Bernard Blistène

Rencontre #9 A LIRE ET A ÉCOUTER

Jean-Pierre Bertrand, Affiche de l’exposition Les Immateriaux, 1985 © DR
  • Jean-Pierre Bertrand
  • Affiche de l’exposition Les Immateriaux,

Au début des années 1980, le Centre de Création Industrielle invite le philosophe Jean-François Lyotard et Thierry Chaput à réaliser une exposition sur les nouvelles technologies. Les Immatériaux ouvre en 1985 au Centre Pompidou.

Si ce projet curatorial inédit est incompris et vivement critiqué à l’époque, il est emblématique pour des jeunes générations de commissaires d’exposition, d’historiens de l’art et d’artistes. Régulièrement étudiées par des cycles de conférences au Centre Pompidou (2004 et 2015)…

Lire l’article…

Rencontres de l’atelier

« Ce que je fais est de l’orde du vivant. Voilà ! »
par Corine Pencenat

Rencontre#8 À LIRE ET À ÉCOUTER

Jean-Pierre Bertrand, ’’FROM RED TO RED’’, vue partielle d’exposition, 2015 © Jean-Pierre Bertrand - ADAGP / Photo : Denis Prisset, 2015
  • Jean-Pierre Bertrand
  • ’’FROM RED TO RED’’, vue partielle d’exposition,

Singulièrement achronique, l’œuvre de Jean-Pierre Bertrand, telle une utopie en acte, est révélatrice de bien des enjeux propres aux mondes dans lesquels aujourd’hui nous vivons.

Introduction
«Je vais commencer par vous parler du contexte d’émergence de l’œuvre de Jean-Pierre Bertrand, car il me semble que le contexte va permettre de saisir ce que j’ai à vous raconter sur l’œuvre proprement dit. Ce contexte, c’est celui des…

Lire l’article…

Rencontres de l’atelier

Permutations et œuvres potentielles
par Lydie Delahaye, historienne de l’art

Rencontre #7 - À LIRE ET À ÉCOUTER

Jean-Pierre Bertrand, exposition monographique, vue partielle, 13 mars - 26 avril 1992 © Jean-Pierre Bertrand - ADAGP
  • Jean-Pierre Bertrand
  • exposition monographique, vue partielle,

« Le Diamon’d est le titre d’un ensemble d’éléments qui se manifestent dans l’espace par une forme – un contenu – la façon dont chacun d’eux est disposé et la façon dont ils configurent l’ensemble. » Jean-Pierre Bertrand

Introduction

Lire l’article…

Rencontres de l’atelier

L’image instable
projection de films de Jean-Pierre Bertrand

Rencontre #5 - À LIRE ET À ÉCOUTER

Jean-Pierre Bertrand, ’’I sat down in my chair, Lighted my Lamp’’
Travail sur papier
Reproduit dans le catalogue de l’exposition Jean Pierre Bertrand au musée de Toulon, 16 avril – 17 mai 1981, vers 1977 © Jean-Pierre Bertrand - ADAGP
  • Jean-Pierre Bertrand
  • ’’I sat down in my chair, Lighted my Lamp’’ Travail sur papier Reproduit dans le catalogue de l’exposition Jean Pierre Bertrand au musée de Toulon, 16 avril – 17 mai 1981,

Après une formation cinématographique qui l’a amené, dès la fin des années 1950, à travailler comme opérateur de prises de vues, Jean-Pierre Bertrand inaugure sa carrière de plasticien au commencement des années 1970. Il réalise alors des films d’artistes en format 16 mm et Super-8, de courte durée, souvent silencieux, semblables à des carnets de croquis

Introduction

Lire l’article…

Rencontres de l’atelier

’’Contrarier la perte’’
Dialogue entre Hélène Gheysens et Agnès Geoffray

Rencontre #6 À LIRE ET À ÉCOUTER

Jean-Pierre Bertrand, Niagara Rapids,
Tirage pigmentaire, 127 x 140 cm, encadré, 2020 © Agnès Geoffray
  • Jean-Pierre Bertrand
  • Niagara Rapids, Tirage pigmentaire, 127 x 140 cm, encadré,

Pourquoi « contrarier la perte », ainsi que le programme Agnès Geoffray, et avec quels moyens ? L’artiste s’engage dans ce combat avec ceux de la création plastique, et plus particulièrement la création photographique, interrogeant, ce qu’est la contemporanéité, dans sa relation au déphasage et à l’anachronisme.

Introduction par Hélène Gheysens

Lire l’article…

Rencontres de l’atelier

Regard sur une œuvre de Jean-Pierre Bertrand
Babel Bomb
par Jean Daive

Rencontre #4 - À LIRE ET À ÉCOUTER

Jean-Pierre Bertrand, Babel Bomb, 1981 © Jean-Pierre Bertrand - ADAGP
  • Jean-Pierre Bertrand
  • Babel Bomb,

Jean Daive retrace la vie de Babel Bomb, une œuvre de Jean-Pierre Bertrand, de sa création en 1981 à sa réélaboration en 2004. À partir de cette œuvre, c’est toute la démarche de l’artiste qui est envisagée par un de ses plus proches témoins.

Introduction : un chef d’œuvre qui décoiffe
Jean Daive décrit sa rencontre avec l’œuvre Babel Bomb, en 1981 au Musée d’Art de Toulon, et donne ses premières clefs d’interprétation de ce « chef-d’œuvre qui décoiffe »

Lire l’article…

Rencontres de l’atelier

Penser une archive d’artiste comme un organisme vivant
par Hélène Gheysens et Nina Rodrigues-Ely

Rencontre #3 - À LIRE ET À ÉCOUTER

Jean-Pierre Bertrand, Jean-Pierre Bertrand, une seconde à Buenos Aires, circa 1971 © Jean-Pierre Bertrand - ADAGP
  • Jean-Pierre Bertrand
  • Jean-Pierre Bertrand, une seconde à Buenos Aires,

Hélène Gheysens et Nina Rodrigues-Ely partagent leur expérience et leur vision des archives de Lea Lublin et de Jean-Pierre Bertrand. Après avoir aborder chacune des pratiques artistiques, elles mettent en lumière des principes fondamentaux d’organisation et les enjeux propres à notre époque.

Pratiques artistiques : Lea Lublin, Jean-Pierre Bertrand
Hélène Gheysens et Nina Rodrigues-Ely parlent des spécificités de Lea Lublin puis de Jean-Pierre Bertrand dont les démarches artistiques imprègnent les documents et les œuvres dans un perpétuel mouvement, au-delà de toutes catégories préétablies.
Lea…

Lire l’article…

Rencontres de l’atelier

« Mise au corps »
Dialogue entre Sandra Barré, Tiphaine Calmettes et l’œuvre de Jean-Pierre Bertrand

Rencontre #2 - À LIRE ET À ÉCOUTER

Jean-Pierre Bertrand, Jean-Pierre Bertrand, Le livre de sel, 1980-1985 © Jean-Pierre Bertrand - ADAGP
  • Jean-Pierre Bertrand
  • Jean-Pierre Bertrand, Le livre de sel,

Profondément intéressée par la dimension corporelle et physique de l’expérience artistique, Sandra Barré a proposé à Tiphaine Calmettes de venir discuter de ces enjeux dans son travail, au regard de la démarche de Jean-Pierre Bertrand.

Introduction par Sandra Barré
Sandra Barré introduit le dialogue entre l’artiste Tiphaine Calmettes et l’œuvre de Jean-Pierre Bertrand par les questions du cycle de l’œuvre et de la corporalité.

Lire l’article…

Rencontres de l’atelier

Les années 1980 vues par…
Élisabeth Couturier et Philippe Cazal

Rencontre #1 À LIRE ET À ÉCOUTER

Jean-Pierre Bertrand, Extrait du catalogue de l’exposition A Pierre et Marie, avec l’oeuvre de Jean-Pierre Bertrand, 1984 © DR
  • Jean-Pierre Bertrand
  • Extrait du catalogue de l’exposition A Pierre et Marie, avec l’oeuvre de Jean-Pierre Bertrand,

Cette première Rencontre de l’Atelier réactive l’exposition emblématique A PIERRE ET MARIE, UNE EXPOSITION EN TRAVAUX, la revue PUBLIC, et le groupe UNTEL. Ces propositions artistiques des années 1980, qui s’inscrivaient dans une ambiance expérimentale propre à la scène française, résonnent avec l’art d’aujourd’hui.

Introduction par Élisabeth couturier
Élisabeth Couturier souligne l’esprit de liberté dans le travail de Jean-Pierre Bertrand et de Philippe Cazal invité en tant qu’acteur et fin observateur de cette période. Elle décrit la spécificité inédite de l’exposition diligentée par Michel Claura…

Lire l’article…

Actualités / Expositions

...Less is more...
40 ans d’art minimal au FRAC Sud

Bonisson Art Center
20.01-19.05.2024

Jean-Pierre Bertrand, Jean-Pierre Bertrand, sans titre, 1984 © Jean-Pierre Bertrand - ADAGP
  • Jean-Pierre Bertrand
  • Jean-Pierre Bertrand, sans titre,

Dans le cadre de ses activités « Hors-les-murs », le Frac Sud – Cité de l’art contemporain et le Bonisson Art Center organisent l’exposition …Less is more…

L’œuvre de Jean-Pierre Bertrand sans titre, 1984, (peinture à l’huile, laiton, papier-miel, plexiglas, fer, contreplaqué, 300 x 165 x 2,5 cm ) appartenant aux collections du FRAC Sud, figure dans l’exposition.

Lire l’article…

Actualités / Expositions

Le citron est la fleur la plus sincère

exposition collective, Galerie Filles du Calvaire
02.12.23-13.01.23
Commissariat : Ivannoé Kruger

Jean-Pierre Bertrand, Jean-Pierre Bertrand, La parole coupée, 1982, collection Fonds de dotation Jean-Pierre Bertrand / Donation Catherine Thieck,  © DR
  • Jean-Pierre Bertrand
  • Jean-Pierre Bertrand, La parole coupée, 1982, collection Fonds de dotation Jean-Pierre Bertrand / Donation Catherine Thieck,

La galerie Les filles du calvaire est heureuse d’inviter Yvannoé Kruger, du 2 décembre 2023 au 13 janvier 2024 pour l’exposition collective Le citron est la fleur la plus sincère, qui réunira une quinzaine d’artistes de chaque continent à explorer les multiples facettes de cet humble agrume.

Icône de l’art en train de se faire et sanctuaire de l’inexploré, le citron, simple fruit, se dévoile sous un éclairage énigmatique. À la fois fruit et soleil, cet or qui pousse dans les arbres se mue en invité d’honneur…

Lire l’article…

Actualités / Expositions

Musée Picasso - Sophie Calle - ’’A toi de faire, ma mignonne’’

03.10.2023 - 07.01.2024

Jean-Pierre Bertrand, sans titre, non daté © Jean-Pierre Bertrand - ADAGP / Photo :
  • Jean-Pierre Bertrand
  • sans titre,

Parmi les œuvres de sa collection montrée au musée Picasso, Sophie Calle présente une oeuvre de Jean-Pierre Bertrand.

Sophie Calle célèbre à sa manière les 50 ans de la mort de Pablo Picasso, en investissant la totalité des quatre étages de l’hôtel Salé avec une proposition d’exposition inédite.

Lire l’article…

Actualités

Plongée dans les collections des FRAC #1

Newsletter Platform FRAC consacrée à Jean-Pierre Bertrand (juin 2023)

Jean-Pierre Bertrand, Didier Morin, ’’Dans l’atelier de Jean-Pierre Bertrand’’, vidéogramme,  © Didier Morin, 2010
  • Jean-Pierre Bertrand
  • Didier Morin, ’’Dans l’atelier de Jean-Pierre Bertrand’’, vidéogramme,

Pour cette première plongée dans les collections des Frac, on vous invite à redécouvrir l’œuvre de Jean-Pierre Bertrand, l’un des premiers artistes achetés par les Frac.

Au sommaire, l’extrait d’un entretien avec Jean Daive, des textes de Catherine Elkar, Emmauel Latreille et corine Pencenat ainsi qu’une visibilité sur toutes les œuvres de Jean-Pierre Bertrand dans les collection des Frac.

Lire l’article…

Actualités

« Diamon’D », Centre Pompidou

Par Monika Marczuk

Jean-Pierre Bertrand, Diamond’D, 1981 © DR
  • Jean-Pierre Bertrand
  • Diamond’D,

« Diamon’D » est le titre d’un film réalisé en 1981 par Jean-Pierre Bertrand (1937-2016). Il a aussi prêté son nom à l’exposition de cet artiste qui se déroule cet hiver dans l’espace de la collection permanente, au 4e niveau du Centre Pompidou.

L’exposition est discrète, subtile, elle peut même passer inaperçue. Peut-être ne serait-il pas complètement incongru d’avoir recours aux mêmes termes – discret, subtil, presque imperceptible – pour qualifier l’ensemble de l’œuvre de Jean-Pierre Bertrand (…) »

Source : www.monikamarczuk.com

Analyses

’’Ce que je fais est de l’ordre du vivant !’’

Par Corine Pencenat, critique d’art et essayiste

Jean-Pierre Bertrand, Exposition personnelle, vue partielle, 1987 © Jean-Pierre Bertrand - ADAGP
  • Jean-Pierre Bertrand
  • Exposition personnelle, vue partielle,

Jean-Pierre Bertrand se réclame d’un art équivalent de la vie, comme toutes les avant-gardes du XXe siècle. Mais les années 70 signent l’arrêt de cet élan du dépassement de l’art par lui- même. L’ultime avant-garde, L’internationale Situationniste s’auto-saborde en 1972. Dans un contexte où le schème progressiste d’une histoire de l’art est dissout, quel peut être ce vivant dont l’artiste n’hésite pourtant pas à se réclamer à l’aube des années 1980 ?

L’espace comme milieu
Contemplant les grandes plaques lumineuses qui alternaient les intensités chromatiques, le regard glissait sur les à-côtés, obéissant à la vibration qu’elles communiquaient comme s’il n’y avait rien à voir. Rien à voir, mais beaucoup à sentir à partir…

Lire l’article…

Analyses

La Totalité des citrons, 1975-2004

par Jacques Soulillou, critique d’art

Jean-Pierre Bertrand, ’’La totalité des citrons’’, 1976 © Jean-Pierre Bertrand - ADAGP
  • Jean-Pierre Bertrand
  • ’’La totalité des citrons’’,

Le côté déconcertant de l’arithmétique de Jean-Pierre Bertrand tient au fait qu’elle additionne des mots et des choses

La Totalité des citrons, magnifique et énigmatique installation qui date de 1976, en est le petit traité. Dans cette arithmétique paradoxale (1), un peu à la manière de Lewis Caroll, « 8 » peut être égal à « 9 »…

Lire l’article…

Analyses

Six barres/dessins, 1985-1987

par Élisabeth Lebovici, critique d’art

Jean-Pierre Bertrand, 6 barres/dessin, 1985 - 1987 © Jean-Pierre Bertrand - ADAGP / Photo : Yves Bresson/Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole
  • Jean-Pierre Bertrand
  • 6 barres/dessin,

Passant de la verticalité à l’horizontalité, l’on ajoute au tableau, une table des matières utilisées.

Mixed Media : papier (et papier recyclé), mine de plomb, bois peint en blanc, plexiglas (la vitre qui recouvre chaque panneau) et fer, classique. Quelques éclats de laiton (Jean-Pierre Bertrand : le laiton, parce que ça évoque l’or, donc le…

Lire l’article…

Analyses

SHEM

par Hélène Meisel, historienne de l’art, critique et commissaire

Jean-Pierre Bertrand, SHEM, 2015 © ADAGP - Jean-Pierre Bertrand / Photo : Denis Prisset
  • Jean-Pierre Bertrand
  • SHEM,

Réalisés à partir de la fin des années 2010, les Shem empruntent à la linguistique un autre de ses termes - schème - désignant une structure organisatrice, elle-même organisée par les règles de combinaison de ses constituants.

Les Shem de Jean-Pierre Bertrand explorent sans les épuiser les possibles distributions de vingt-sept éléments aux formes et emplacements prédéfinis…

Lire l’article…

Analyses

Grand rouge

par Jeanette Zwingerberger, commissaire d’exposition, historienne et critique d’art

Jean-Pierre Bertrand, R. 01299, 1999 © Jean-Pierre Bertrand - ADAGP
  • Jean-Pierre Bertrand
  • R. 01299,

La surface rouge s’apparente par son aspect protéiforme à un organisme vivant.

Le mélange des matières miel et acrylique lui donne une fluidité organique, soutenue par ce rouge évoquant le sang. L’agglutination des points suggère des constellations, des éclaboussures qui, disparates, se meuvent, des sillages diffus qui communiquent entre eux…

Lire l’article…

Analyses

Volumes Syntagmatiques

par Hélène Meisel historienne de l’art, critique et commissaire d’exposition

Jean-Pierre Bertrand, Volumes Syntagmatiques, 1991 © Jean-Pierre Bertrand - ADAGP / Photo :
  • Jean-Pierre Bertrand
  • Volumes Syntagmatiques,

Au début des années 1990, Jean-Pierre Bertrand produit les Volumes syntagmatiques : il s’agit de séquences d’unités peintes, accrochées selon une distribution scrupuleusement calculée, et ponctuée de vide.

Aplats colorés en un certain ordre distribués, les Volumes syntagmatiques n’en sont pas pour autant abstraits : ils sont les formules ou les équations d’une syntaxe générative fondée sur des combinaisons signifiantes toujours reformulables (1). Le mur n’est pas une surface…

Lire l’article…

Analyses

Etrog, 1999

Par Sandra Barré, critique d’art, commissaire et chercheuse

Jean-Pierre Bertrand, Etrog, 1999 © ADAGP - Jean-Pierre Bertrand
  • Jean-Pierre Bertrand
  • Etrog,

Il est de certaines expositions que l’on n’a pas vécues, mais qui pourtant nous marquent lorsqu’elles sont contées. Étrange phénomène de projection. D’autant plus lorsqu’il s’agit d’expositions polysensorielles dont les sensations sont traduites par le témoignage du corps sentant. C’est ainsi que j’ai pris connaissance d’Etrog, donnée à voir et à sentir à la Biennale de Venise de 1999.

Ces mots à contre-courant me faisaient apparaître le travail de Jean Pierre Bertrand, non pas par ce que la critique raconte habituellement avoir vu, mais par ce qui avait été respiré : « L’odeur d’Etrog envahissait tout l’espace et les…

Lire l’article…

Analyses

Projection, 1997

par Dominique Païni, commissaire d’exposition

Jean-Pierre Bertrand, Projection, 1998 © Jean-Pierre Bertrand - ADAGP
  • Jean-Pierre Bertrand
  • Projection,

Dans le catalogue de l’exposition inaugurale du Fresnoy Le Transport de l’image, Dominique Païni met en lumière l’œuvre Projection de Jean-Pierre Bertrand.

Une violence faite à la vue
Se rapprocher de l’image est un fantasme courant chez les cinéphiles. Ne sont-ils pas familiers des premiers rangs des salles de cinéma ? Être dans l’image, s’y perdre, en être entouré, n’est pas un désir…

Lire l’article…

Écrits de J.-P. Bertrand

L’indivisibilité de leur masse
odeur - impossibilité de limiter l’odeur
là, autour, dans le dedans le dehors

l’odeur occupe un certain espace même si cet espace est lui-même occupé par du papier - l’odeur n’est pas là où est le métal et le métal n’est pas visible

Jean-Pierre Bertrand, Note manuscrite, 1979

Écrits de J.-P. Bertrand

La totalités des citrons - 1976

Le citron posé sur un miroir c’était en même temps que l’exposition sur Freud, c’était tout un parcours vertical avec des photos, et puis moi, c’était au sol, c’est-à-dire qu’au centre de la chapelle, il y a une pierre qui a huit côtés, un octogone qui a la même forme qu’un octogone qui est tout en haut du clocher et qui est entouré de huit fenêtres, et cet octogone, donc au centre d’où partent huit travées de grosses pierres, je l’avais recouvert de la même forme que la pierre, c’est-à-dire d’un miroir à huit côtés, pareil, que j’ai donc posé sur cette pierre centrale. Et je disais qu’en fait, quand on voyait cela de loin, c’était comme une sorte de tache d’eau et j’ai écrit quelque part: c’était 8 fois l’ile ou l’horizon 8 fois. L’horizon, c’est un inversement, c’est comme si l’ile était autour de cette faque d’eau ou cette partie miroitante était l’ile en elle-méme, quelque chose qui miroite, et il y avait huit côtés, j’avais posé à peu près au centre un citron jaune et puis tout autour, de telle façon que - 8 citrons verts, c’est-à-dire pas mûrs, avec leur petite branche mais coupés en deux dans le sens de la longueur. Si bien que posés sur le miroir ils faisaient une totalité de citrons avec eux-mêmes. Ils étaient posés de telle façon qu’il n’y ait jamais trois citrons qui fassent une ligne droite ce qui n’était pas évident. Enfin, ils prenaient la surface comme ça, 8 citrons pas mûrs et un citron mûr, un gros citron qui était à peu près au centre qui, avec son image, faisait un huit. Voilà ce que j’ai fait dans la chapelle de la Salpêtrière, je crois que c’était en 75, mais on ne le voyait pas en entrant dans la chapelle, les gens ne le voyaient pas forcément. Mais j’aimais bien cet endroit parce qu’il y avait Freud. parce que c’est le lieu de Charcot, chacune des chapelles correspondait aux fous, aux pros-tituées, aux mauvais garçons… et puis il y a cette chose au centre…

Écrits de J.-P. Bertrand

Les dessins de la momie

Jean-Pierre Bertrand, 4N62887,  © DR
  • Jean-Pierre Bertrand
  • 4N62887,

Je voulais montrer l’intérieur de ce que l’on voit. J’ai pensé alors aux momies. Je rêvais d’une momie qui rêvait de moi. Une momie n’est ce pas un corps qui remonte, qui impressionne des bandelettes, une matière ?
C’était cela qui m’interessait faire remonter des signes dans le papier, faire remonter une chose très ancienne à la surface. Il y a une peau, une chair, quelque chose de dur, un corps noir et une substance imprégnée de cela. La momie désire revivre.

Écrits de J.-P. Bertrand

« Ce qui m’intéresse c’est la complexité, c’est d’arriver à un résultat où la complexité devient quelque chose de banal, d’extrêmement banal. En fait, je cherche le miracle, pas le miraculeux mais le miracle, vous ne le voyez que si ce miracle existe déjà en vous ; vous êtes toujours en face de vous-même et dans la révélation de vous-même.
Quant à moi, je cherche un rapport entre les sommets et le ras de la terre. Absolument pas le mélange des deux mais les deux à la fois. »
Jean-Pierre Bertrand, 2014

Écrits de J.-P. Bertrand

« L’apparence ça veut dire comment ça apparaît. Comment quelque chose apparaît. Je tenais à dire quelque chose. Il ne s’agit que du visible. Pour moi, l’invisible n’existe pas. L’invisible est là devant nos yeux. Il suffit de le voir. Il est là, il faut seulement changer de longueur d’onde. Le visible ne dissimule pas l’invisible, ils cohabitent complètement. »
Jean-Pierre Bertrand, 2004
Entretiens avec Jean Daive

Écrits de J.-P. Bertrand

ETATS DE SIDÉRATION
ETAT DU SIDÉRÉ

Le sidéré est sidéré de sa propre sidération, de l’en soi de sa propre sidération. C’est dans ce rebond qu’à lieu l’émergence d’une vision.
SIDERALIS eut d’abord le sens de «constellations». SIDUS se dit d’un astre isolé, il s’emploie pour figurer le ciel, la nuit, une saison, notamment l’hiver ; son origine est méconnue.
Il y a peu d’incarnation chez le sidéré, seulement la joie du drôle, du drôle investi de l’étrange faculté de savoir que c’est ici où ça se passe, que c’est là où ça a lieu.

Écrits de J.-P. Bertrand

GRAND ROUGE

« S’approcher au plus prêt du plexiglas. Ce que je vois est juste derrière, à l’épaisseur du plexiglas près. Mes yeux sont face à la matière colorée et coagulante comme elle est face à mes genoux, mais aussi à droite et à gauche de mes genoux, de mon torse, de ma tête. Mon corps n’arrive pas à appréhender toute la surface contenue dans le cadre. Il n’y arrive pas parce qu’il ne peut pas toucher ce qu’il voit. Le corps transparent que je touche qui est froid n’a rien à voir avec ce que je vois. Au plus proche, les limites de l’étendue se perdent. par contre si je recule, si je prends du large, ce que je vois devient une image plane et selon que mes yeux accommodent, je perçois mon reflet, j’y suis tout entier. »
Jean-Pierre Bertrand


Yellow green aplat

© DR

Mentions légales | Recevoir nos informations